Travaux d’étudiants

Retrouvez ici tous les billets publiés sur les blogs de nos workshops, étudiants, ...
19 octobre

Julian Jaramillo

Autoportrait

Il pensait avoir trouvé un certain équilibre. Pour ceci l’architecture serait la solution. L’amour étant resté bien trop loin dans le temps, il décida de chercher la paix, le calme, la tranquillité ; dans le dessin, la musique est le temps…

Il vient d’un pays où le soleil trace une ligne droite dans le ciel, où tous les jours ont la même durée et le temps reste souvent suspendu dans le vent. C’est un pays aux quatre mondes, c’est l’Equateur.

Julian, âgé de 21 ans habite à Paris. Son regard a été bouleversé depuis qu’il arriva dans cette ville. Alors qu’il pensait avoir une réponse, un classement, ou bien un préjugé pour tout.

Il ne doit pas faire plus d’un mètre soixante-quinze. Il est maigre. Et depuis que quelques poils sont apparus sous son nez et sa bouche il s’amuse à les laisser pousser un mois sur deux. Son visage est légèrement allongé et sa peau a souvent tendance à prendre une couleur mate.

Aujourd’hui sa passion est celle d’être seul, celle de regarder dans le vide sans être distrait. Ce sont ces moments de solitude qui lui permettent de nettoyer sa tête. De se parler, de se retrouver et de se dire :

J’aime la troisième Gymnopédie, je pourrais l’écouter infiniment sans m’en lasser… J’aime le chant de ma cafetière italienne et l’odeur qu’elle dégage lorsque le café est prêt. J’aime aussi ma fenêtre et j’aime la blancheur de ces vieilles menuiseries. J’aime aussi le froid, et le brouillard. Et la transparence modérée du verre sablé…et la couleur de la lumière que celui ci dégage…j’aime…j’aime…j’aime… »

Et après, lorsqu’il se réveille et que ses yeux refocalisent la réalité, il se demande : Suis je vraiment si diffèrent des autres ?


19 octobre

Paul Bes de Berc

    • Autoportrait

      Je suis né en 1996.
      Mes parents m'ont appelé Paul, Louis, Hervé, Raymond, Marc, Marie BES DE BERC.
      Je me suis souvent demandé pourquoi ils m'avaient donné autant de prénoms, comme s'ils n'étaient sûrs d'aucun d'entre eux et qu'ils avaient préféré ne pas choisir pour laisser exister, là, des hypothèses de vie, des possibilités, plutôt qu'une identité.
      Par la suite je crois que je n'ai jamais eu la volonté, le désir ou peut-être la chance de m'imposer au monde comme un personnage immuable, authentique et présent.
      Je prends plaisir à me travestir d'un jour à l'autre à être tour à tour amusant, ennuyeux, introverti, extraverti, vivant, éteint, égotiste, altruiste, ivre, lucide.

19 octobre

François Fondeville S5

dimanche d’automne

Harassé par cette longue marche

Le vent du fleuve

....

Je sors prendre le thé

Brume matinale

Confort du tatami

....

La mousse verte

ramasser du bois

Il fait froid

.....

Odeur d’absinthe

Pont sur la seine

La peine

.....

Randonnée

Le temps est doux

Oh un sanglier !