filtres

Rechercher par nom

Rechercher par discipline

Rechercher par formation

Jana Revedin

Projet d’Architecture
Cycle 1


PRÉSENTATION


Parcours
Née à Constance en Allemagne, Jana Revedin est architecte et urbaniste diplômée du Politecnico de Milan et docteure en architecture et urbanisme de l’université IUAV de Venise, habilitée à la direction de recherche (MURST 2000). Professeur titulaire à l’École spéciale d’architecture de Paris, elle est membre du laboratoire de recherche LAURE "Environnement, ville, société" (CNRS) et déléguée de l’UNESCO à la commission d’éducation et de recherche de l’UIA.

De 2005 à 2012, elle dirige le concours étudiant européen d’architecture durable gau:di, en exposant les projets lauréats aux Biennales de Venise 2008, 2010 et 2012. En 2006, elle crée le Global Award for Sustainable Architecture, donnant vie à un collectif mondial d’échange et d’expérimentation scientifique et professionnelle (70 lauréats dès 2007 à 2020).

Auteure d’ouvrages de référence sur l’architecture et la ville durables et leur enracinement éthique et sociopolitique, en commençant par le mouvement réformiste allemand du Bauhaus, elle est lauréate du prix Teaching Excellence AESOP (2013) et du prix global du concours Urban Revitalization of Mass Housing d’UN Habitat (2014). Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres en 2014, elle est récompensée par l’Académie d’Architecture : Médaille de la direction de la meilleure thèse de doctorat, 2016, et Médaille de la prospective, 2017.

Son essai biographique "Jeder hier nennt mich Frau Bauhaus" (DuMont 2018, Spiegel-Bestseller 2018-2020) sur l’influence émancipatrice de la journaliste Ise Frank, seconde épouse de Walter Gropius, sur le mouvement du Bauhaus, est nominé au Prix Grimme, le Prix Walter Kermpowski Niedersachsen et le prix du Salon de Leipzig. L’édition italienne (Neri Pozza 2020) est bestseller de la Repubblica. Son nouvel essai "Margherita" (Aufbau 2020) sur la réinvention urbaine de la Venise des années 1920 et 1930 est Spiegel- et Presse-Bestseller 2020.

Théorie
Sa théorie de "conception radicante" propose la transformation collective de la ville contemporaine à partir d’une morphologie "en œuvre ouverte" en processus participatifs, cherchant à démontrer que le projet, entendu comme processus partagé (en co-programmation, co-conception et co-construction), est à la fois modélisable et évolutif. Depuis 2010, 25 Publications monographiques et plus de 120 articles scientifiques ont étés publiés et transmis lors de conférences nationales et internationales. Elle enseigne, travaille et écrit dans sa langue, l’allemand, ainsi qu’en anglais, français, italien et espagnol.

Voir en ligne : revedin.com

ENSEIGNEMENT


Projet d’Architecture
Formation Initiale, Cycle 1, Semestre 2

Objectifs

Apprendre à bien concevoir des lieux publics "à la mesure de l’homme" fait partie des fondements de notre enseignement. Cependant, construire ces lieux n’est que le début de la mission de l’architecte. Penser, concevoir et construire l’architecture et la ville de demain autrement exigent de nombreuses autres capacités : l’adaptation au contexte, à la mobilité des publics, à la flexibilité des usages, à l’implication et responsabilisation des acteurs locaux, mais aussi la capacité de résistance à des modèles modernistes obsolètes mais toujours en usage, aux normes, aux lobbies, comme aussi la capacité de répondre à l’injonction écologique et sociale des défis climatiques et de l’épuisement des ressources.

Deux approches complémentaires sont au centre de nos recherches :
- L’acquisition simultanée et corrélée des connaissances qui expliquent un site par ses contextes : social, culturel, économique et environnemental. Cette approche située étant menée en interaction avec les habitants et usagers (associations, pouvoirs publics, experts pluridisciplinaires,...).
- L’expérimentation de l’interaction du projet avec cette contextualité : insertion d’un modèle inclusif et interactif, à l’échelle architecturale et urbaine, projet qui répond aux transitions environnementales, sociétales et hygiéniques en cours.

La réunion des deux approches s’inscrit dans le cadre de certaines théories récentes de la conception proposant la transformation collective de la ville contemporaine à partir de processus participatifs et d’une approche morphologique "en œuvre ouverte" :
- Comment l’architecture, en s’engageant dans un réseau scientifique pluridisciplinaire, peut-elle militer pour un espace public inclusif et qui soit un "bien commun" ?
- Quel nouveau rôle est réservé à l’architecte dans le changement de paradigme écologique et sociétal ?
- Comment aider une population à résoudre les questions du genre, des minorités par une émancipation civique ? Comment profiter de l’aura du spectacle pour toucher les habitants d’un quartier dans son ensemble, de leur permettre de se sentir concernés et actifs dans l’acceptation de toutes les formes d’altérité ?
- Comment faire évoluer vers des solutions "Right Tech" (accès aux énergies, aux ressources, aux mobilités) ? Comment mener ces expérimentations structurelles matérielles et technologiques ?

Mots-clés
architecture inclusive / écologie urbaine / conception participative / projet expérimental / économies et écologies circulaires / émancipation civique

Méthode

Acquis de la formation
- Organiser une pensée théorique ; utiliser des méthodologies et des outils de conception, rechercher des références adéquates et apprendre comment les transposer en projet.
- Comprendre les enjeux politiques, techniques et humains d’un projet situé dans le "Grand Paris", participer activement aux dynamiques des acteurs locaux et du groupe des enseignants ESA.
- Co-programmer en élaborant des programmes nécessaires c’est-à-dire répondant aux besoins exprimés et architecturalement innovants ("Right Tech").
- Co-concevoir en développant des économies et écologies circulaires.
- Imaginer un co-construire des projets situés à l’échelle 1.
- Communiquer sur la "recherche par le projet" : du Savoir-faire au Faire-savoir.

Méthode d’apprentissage
- Recherche sur le terrain.
- Compréhension du lieu et de son milieu par data, documents, relevés, arpentages, mappings, dialogues, actions.
- Mise en débat public des résultats.
- Scénarios de constructions expérimentales in situ.

Évaluation

- Valeur scientifique interdisciplinaire, pertinence de la problématisation et de la sélection des documents (analyses, mappings, arpentages, références, citations, cas d’études, images) de l’approche de co-programmation.
- Posture, unicité, faisabilité et présentation de la co-conception.
- Qualité de fabrication et projection d’une possible co-construction.
- Evaluation particulière de la "civilité" : la capacité de chaque étudiant à travailler en équipe, à transmettre ses positions, informations et expérimentations aux collègues, à participer activement aux dialogues et rendus.