Un Ilot pour tous, Jean-Marc Vibert


Un Ilot pour tous
Un habitat inclusif intergénérationnel
Saint-Mihiel, Meuse, France

Jean-Marc Vibert
Formation Professionnelle Diplômante

Jury :
Yoann Dupouy - Directeur(trice) de Diplôme
Étienne Manenc - Président(e) de Soutenance
Fabrice Drain - Enseignant(e) Extérieur(e)
Gaëtan Engasser - Expert(e)
Lorenzo Ceraolo - Jeune Architecte DESA
Fanny Tassel - Candide

Je vous propose un projet durable s’appuyant sur le déjà-là, dans la ville de Saint-Mihiel en Lorraine. C’est un "espace communautaire local" proposant des logements appropriés aux besoins et à l’évolution démographique de la commune. Une alternative à l’isolement dans des logements ou des EHPAD mal adaptés que souvent nos aînés ont pour seule perspective de fin de vie.

Afin de s’intégrer aux ensembles voisins, le principe fédérateur du projet est de s’appuyer sur ce qui est déjà construit, et de recréer une continuité qui pourrait être la source d’une renaissance urbaine. En privilégiant une emprise au sol du bâti raisonnée et en priorisant les espaces de pleine terre et les sols infiltrants, il s’agit également de se reconnecter à la terre.

Une architecture d’îlot, constituée par l’accumulation de compositions diverses, et dont l’implantation est articulée autour de séquences végétales, est ainsi développée. Le parcours se rétrécit et s’élargit, forme de petites cours, des jardins avant et arrière pour donner une profondeur aux espaces de vie et créer une ambiguïté entre l’intérieur et l’extérieur. Le jardin de pluie en est le cœur, il est relié à la ville par des passages, des traverses et un square public s’ouvrant sur un verger.

La volonté de mettre en valeur les lignes horizontales en cœur d’îlot se concrétise par une engawa cintrant le périmètre. Cette bande de sol suspendu est la marge qui relie les 2 espaces contraires du jardin et de l’appartement. Au sein de la discontinuité générale de l’espace, la marge rétablit la continuité.

Le bâti est en ossature bois et fondé sur pilotis. Autour d’une trame de 1,80 mètre, le plan est libre et permet le cloisonnement de l’espace à volonté, rendant le lieu flexible sans fonction prédéfinie.

En proposant une nouvelle urbanité qui concentre dans un même lieu toutes les fonctions et les mixités, le quartier, en suivant le modèle de cet îlot centre, pourrait peu à peu changer "par contamination".