Boisement Urbain, Sarah Emara


Boisement Urbain
Darmstadt, Allemagne

Sarah Emara
Cycle 1 / Semestre 6

Encadrement pédagogique :
Tae-Hoon Yoon
Nicolas Gilsoul
Michael Halter
Michel Garcin
Diane Berg
Fanny Tassel

Assistant(e) d’atelier :
Nicholas Archer

Groupe de travail :
Sarah Emara
Inès Fitouri
Noémie Goh

Mathildenhohe est un quartier de Darmstadt densément et éclectiquement bâti dont les espaces publics, plutôt que de promouvoir l’interaction sociale des habitants, se restreignent à un usage de passage désordonné.

Le site de projet est lui caractérisé par de nombreux espaces vides généralement compensés par des masses végétales. Il est donc question d’une part de structurer le site d’intervention en cernant la place et en créant des trames cohérentes, et d’une autre part de proposer des programmes variés afin de générer plus de mixités culturelle et intergénérationnelle.

Ces mixités sont favorisées par la création de 3 pôles gravitant autour d’un 4ème, qui est l’espace public :
- Au nord du site, une tour des sciences accueille les espaces dédiés aux chercheurs scientifiques, aux étudiants mais aussi aux enfants.
- A l’ouest, un musée en lien avec l’histoire de la ville.
- A l’est, un accueil de petite enfance vient instaurer un dialogue entre la ville et le boisement urbain.

Ce programme a pour but de dynamiser l’offre culturelle faite aux jeunes de Darmstadt et notamment le déploiement d’activités sollicitant l’éveil des jeunes enfants. L’accent sur la sensibilisation à l’environnement est portée par la création de potagers et par le concept paysager qui consiste à préserver le patrimoine végétal déjà présent.

L’accueil de la petite enfance vient en articulation entre la ville et le boisement. Son architecture permet de requalifier le bois délaissé en lui donnant une valeur et des accès visibles. L’entrée du bâtiment se fait par l’intérieur du bois, redonnant de fait une certaine attractivité à cet espace public.

L’intérieur du bâtiment a été pensé comme une succession stratifiée avec des parois qui donnent d’une part sur l’espace public et de l’autre sur la rue. D’autres parois intérieures, qui ont fait l’objet d’un travail de porosité, donnent sur l’espace de distribution. Ainsi, des parois coulissantes produisent des séquences d’espaces et d’éléments vus et cachés tout au long de la journée. Le programme exige une grande capacité de rangements, il a donc été judicieux d’insérer des mobiliers de rangements mais aussi des assises dans ces parois intérieures. Cela permettra de dégager plus d’espace à l’activité requise des enfants. La même idée de paroi utile a été reprise dans l’enveloppe du bâtiment.