Renaissance, Abdelghani El Korty, Nour Mehani, Lisanne N’Landu


Renaissance
Boulevard Raspail, Paris (75), France

Abdelghani El Korty
Nour Mehani
Lisanne N’Landu
Licence 1 / Semestre 1

Encadrement pédagogique :
Jana Revedin
Clément Masurier
Tristan Torres

Assistant(e) d’atelier :
Léo Lima

Le toucher est l’un des sens les plus sollicités par l’architecture. Il fait l’objet de la recherche sur ce projet de "Renaissance". Cet habitat éphémère, situé dans le hall de l’École Spéciale, bénéficie de l’obscurité qui s’installe rapidement dans cet espace en saison hivernale. Le toucher permet d’appréhender l’espace et l’habitat, et, afin d’en stimuler entièrement le sens, les usagers sont plongés dans l’obscurité pour ne pas pouvoir s’aider de leur vue.

Cette structure en bois génère à sa sortie un îlot de rencontres et d’interactions sociales. 3 éléments en bois sont constitutifs du projet :
- un cube obscure et insonorisé comportant du sable au sol et 4 parois aux textures variables au toucher,
- une corbeille de structure organique,
- une colonne vertébrale agissant comme un corridor d’accès au jardin.

A la naissance, le nouveau né quitte un monde d’eau pour un monde d’air, le phénomène est reprit dans cette expérience. L’homme est au cœur du projet et il est invité à s’introspecter, à écoute son corps et à entre connexion avec son être.

Au delà de l’expérience que va découvrir le voyageur, qui sera sûrement entre la surprise, l’attente et la joie, cet habitat pourvoie également une certaine protection. Le hall est un espace qui manque de confort auquel vient palier cette architecture. En somme, cette expérience cherche à créer de l’inattendu dans l’espace à travers des éléments et des zones de tension qui nous plongent dans l’incertitude.