Hôtel résidentiel, Mathilde Piel


Hôtel résidentiel
Ivry-sur-Seine (94), France

Mathilde Piel
Licence 2 / Semestre 1

Encadrement pédagogique :
Marc Vaye
Pierre Maxence Renoult
Thérèse Delavault-Lecoq

Assistant(e) d’atelier :
Emma Peyrichou

L’Hôtel résidentiel est un projet visant à accueillir et héberger des étudiants pour une durée allant de 1 mois à 1 an. La conception de l’édifice est contrainte par une trame régulière prédéfinie au préalable dans la quelle vient s’insérer le dessin des logements : un quadrillage de 3,6m de côté.

Au vu de la diversité des profils ciblés, et de la variation de leurs temps de séjour, le projet propose différentes typologies de logement occupant 2, 3, voir 4 modules de la trame dans le cas de collocations.

Chaque logement dispose d’un jardin privatif voué à l’usage quotidien de 2 étudiants. Le principal objectif de cet hôtel est, en effet, d’offrir une proximité et une accessibilité aux espaces extérieurs de telle sorte que ceux-ci se lisent comme une prolongation directe du logement. De plus, afin de proposer une pratique plus fluide entre appartements et jardins, la volumétrie des parois séparant l’intérieur de l’extérieur obéit à un jeu de règles génératrices de formes de mobilier intégré. Ces façades épaisses deviennent ainsi habitables.

Au rez-de-chaussée et en toiture, ces règles de volumétrie sont déployées sur l’ensemble de la surface de la parcelle :
- Dans le lobby, des espaces "de compression", favorisant la concentration des usagers, constituent des lieux de travail. Les zones consacrées à des usages de loisirs bénéficient d’une double-hauteur favorisant l’extraversion.
- Au niveau du rooftop, les jeux de niveaux, en s’inspirant du langage de l’espace public, génèrent des placettes et d’autres zones de compressions et de dilatation, jouant ainsi sur les dynamiques visuelles ressenties et engendrées.

Afin de refaire émerger en toiture la trame orthogonale à laquelle obéit l’édifice, une série de portiques vient ceinturer la topographie déstructurée du rooftop et couronne ainsi l’ouvrage.