Atmosphères, Emma Debets


Atmosphères
Troyes (10), France

Emma Debets
Licence 3 / Semestre 2

Encadrement pédagogique :
Marco Stathopoulos
Duccia Farnetani
Michel Garcin
Iris Chervet
Nicolas Gilsoul
Serge Barto

Assistant(e) d’atelier :
Almash Lakdawala
Claire Stoupy

Groupe de travail :
Jules d’Amonville
Emma Debets
Pierre-Axel Petit
Antoine Vedel

Le projet se situe à Troyes, dans la région du Grand Est. Cette localité a occupé, à partir du Moyen-Âge, une place importante dans l’histoire commerciale et industrielle de la France. si la ville est parvenue à conserver et à mettre en valeur le patrimoine issu de ces activités économiques, elle reste néanmoins méconnue pour son impact culturel.

C’est au XVIIe siècle que sont nés à Troyes les "Livres Bleus", ancêtres des actuels livres de poche. Leur appellation provient de leur qualité médiocre d’impression, qui ressortait bleue. Troyes relève donc d’un héritage culturel et architectural conséquent, et ces livres apparaissent comme le fil conducteur du projet ici développé.

Il s’agit, en premier lieu, d’un projet urbain intervenant sur l’un des îlots du centre historique de la ville. L’architecture qu’il vise à produire se veut singulière et radicale, mais surtout cohérente d’un bâtiment à l’autre, le but étant d’offrir à ses usagers une expérience originale par l’intériorité du site.

Concernant le projet architectural qui en découle, il reprend le travail sur les sens et la perception préalablement développé en groupe. Il s’agit d’un jardin de lecture situé en cœur d’îlot et composé de différents degrés d’intimité.

Le travail de la matière dans ce projet permet de venir raconter une histoire, car si la matière est vue de tous, elle est perçue par chacun de manière différente et évolue dans le temps de façon irrégulière. Le béton blanc s’est imposé comme parement neutre permettant le dessin de l’espace et son appropriation sans que sa géométrie ne puisse s’oublier. Si le projet se veut radical dans sa forme et sa matérialité, c’est sa couleur qui vient adoucir et instaurer un calme méditatif au cœur d’îlot.

Afin de traiter les 2 programmes appliqués à ce jardin, des principes ont été étudiés pour limiter l’effet de division : différents matériaux ont été creusés, plissés et découpés, amenant ainsi à penser les espaces sous forme de pliures. La lumière canalisée par ces pliures se dépose sur les surfaces intérieures et révèle progressivement et de manière éphémère la matérialité du projet. Ces fentes sont fixes mais la lumière, elle, est mouvante et fournit aux espaces un potentiel sensoriel riche. D’autres espaces de la galerie sont volontairement assombris afin d’inviter le visiteur à l’introspection. La luminosité guide l’usager dans cette architecture de pénombre afin qu’il ne perçoive plus que ce que l’espace pourrait lui évoquer et progressivement lui révéler.