Troyes à table !, Juliette Escot


Troyes à table !
Troyes (10), France

Juliette Escot
Licence 3 / Semestre 2

Encadrement pédagogique :
Gaston Tolila
Michaël Halter
Thibault Chevilliet
Yoann Dupouy
Delphine Elie
Diane Berg

Assistant(e) d’atelier :
Almash Lakdawala
Claire Stoupy

Groupe de travail :
Jeremy Brakha
Juliette Escot
Laurianne Hu
Julien Le Meur

Le projet urbain développé en équipe vise à générer un quartier mêlant culture, habitation, travail et échange. Localisé dans la ville de Troyes, à l’emplacement actuel d’un parking à proximité de la Seine, le site de cette intervention représente un fort potentiel encore peu exploité.

Concernant le projet architectural, il s’agit d’un marché de produits locaux et biologiques privilégiant les circuits courts, valorisant les producteurs et favorisant les échanges, les rencontres et le partage, à l’image d’une place de village.

Les Halles Paul Bocuse de Lyon et les marchés couverts de Barcelone comptent parmi les principales références de lieux où l’on s’acculture, on fait ses courses et on déguste dans une ambiance conviviale.

L’allée principale donnant accès à la halle est investie par le marché aux fleurs, une structure entièrement ouverte assurant une transition progressive vers le véritable espace de marché couvert.

La Place du Marché est le dernier espace extérieur avant de pénétrer dans la halle. Véritable lieu d’émergence et accélérateur de concepts, elle dessert 10 stands ouverts 3 fois par semaine. Ceux-ci sont investis temporairement par des producteurs ou entrepreneurs qui y proposent chaque mois de nouvelles expériences innovantes : dégustation de champagne, street-food bio, start-up culinaire responsable,...

Le marché couvert abrite 7 stands dédiés aux métiers de bouche. On y trouve un boulanger, un poissonnier, un boucher, un fromager, un primeur, un caviste et une épicerie fine, ainsi qu’un espace consacré à la vente de produits en vrac qui encourage la consommation zéro déchet.

A l’étage, un restaurant géré par des chefs en résidence temporaire de 3 mois surplombe la Seine. L’idée étant de permettre à ces chefs d’expérimenter de nouveaux menus, de susciter la curiosité de la clientèle et de gagner une plus grande visibilité.