Architecture et Mémoire, Shane Camarasa


Architecture et Mémoire
Témoigner un passé oublié
La Ferté-Saint-Aubin, Centre - Val-de-Loire, France

Shane Camarasa

Directeur(trice) : Sébastien Chabbert
Référent(e) : Antonio Lazo

Ce sujet permet de questionner l’architecture et la mémoire. L’architecture offre bon nombre de savoirs, de connaissances, elle est vectrice de mémoire à travers les générations. Elle est témoignage de l’histoire de l’humanité. Elle témoigne de la sédimentation historique de nos civilisations, de nos sociétés.

Cependant, une mémoire peut parfois disparaître, être oubliée petit-à-petit au fil du temps. Lorsque l’architecture disparaît par dégradation, destruction ou autre, elle ne remplit plus son rôle de mémoire. Le risque est donc d’oublier un fait passé important. Il en va de même pour les événements n’ayant jamais connu aucune trace physique, aucun témoignage apparent. L’architecture peut donc conserver une mémoire (ruines, vestiges, patrimoine,…), mais elle peut également raviver, grâce à une intervention neuve au service d’un ancien fait historique.

L’objectif de ce projet s’oriente donc vers ce second cas : raviver un événement historique trop peu connu, oublié, qui mérite témoignage. L’histoire des jeunes résistants de la Seconde Guerre Mondiale, assassinés dans les forêts de Sologne, est aujourd’hui une histoire peu connue. Cet épisode historique, perdu dans le "grand tout" de l’Histoire, mérite d’être su, d’attirer l’attention. Le choix du site s’oriente de manière évidente sur les lieux de ce drame, avec un choix programmatique hybride. Cette intervention hybride a pour symbolique le lieu, avec l’épisode tragique en question comme porte d’entrée. Le programme apporte l’information, l’hommage, et étend le savoir et la connaissance à plus large échelle. C’est un point d’étape sur les routes de la Sologne.