Le Plein par le vide, Louis Désveaux


Le Plein par le vide
Montceau-les-Mines, Bourgogne - Franche-Comté, France

Louis Désveaux

Directeur(trice) : Gaston Tolila
Référent(e) : Marco Stathopoulos

Nous allons essayer de réfléchir à faire du projet architectural autrement, à inverser notre réflexion. Pour cela, nous allons remettre en question le principe d’agencement de gabarits de bâtiments prédéfinis par leur fonction. Ils mènent à des urbanités d’espaces résiduels, à des édifices anachroniques qui n’accompagnent pas l’évolution des besoins de la ville et donc de la société. Nous allons alors partir du postulat que c’est le site qui définit des intentions spatiales par la manière dont il est agencé, par son histoire, par sa constitution. Le dessin de ces vides, de ces espaces urbains va venir générer le plein, la forme de nos bâtiments. On vient produire de l’architecture de l’extérieur vers l’intérieur. Ainsi, la forme ne suit plus la fonction, elle est le produit d’une pensée territoriale et spatiale.

Cette réflexion pourrait permettre d’avoir des projets qui s’inscrivent dans le temps avec des réflexions sur la réversibilité, d’avoir un agencement de vides répondant à des besoins concrets, générateurs d’espaces publics qualitatifs. Ils seront des événements en soi qui participent à un tout, à la cohérence d’une somme d’événements. On va donc mettre en communication le site et le bâti, le micro et le macro. C’est cette manière de penser le projet qui pourrait permettre de créer des espaces connectés à un territoire, à une identité. Cela pourrait participer à renverser le phénomène qui touche certains nouveaux quartiers construits, qualifiés de "sans âme", de générique, où l’on trouve peu d’urbanité.

Nous allons remettre en question un projet d’agencement "Action Cœur de Ville" d’une ville moyenne qui, selon nous, ne permet pas réellement de créer l’urbanité, le dynamisme voulu et qui est déconnecté de son territoire. Pour cela nous allons utiliser la méthodologie expliquée précédemment, partir du vide pour déterminer le bâti. Le projet de Montceau-les-Mines semble être pertinent à remettre en question. En effet, en plein centre, sur une large parcelle très connectée aux rues avoisinantes, ce projet enclave l’intérieur d’îlot pour créer d’importants espaces végétalisés mais réservés aux futurs habitants. On pourrait remettre en question cet agencement, réfléchir à utiliser cet espace stratégique pour proposer aux citadins de la porosité, un accès à des espaces publics qualitatifs tout en repensant les programmes de logements.