Réhabilitation du faubourg Bab Souika-El Halfaouine, Nour Chougui


Réhabilitation du faubourg Bab Souika-El Halfaouine
De l’urbain au social, de l’espace public aux logements
Tunis, Tunisie

Nour Chougui

Directeur(trice) : Sébastien Chabbert
Référent(e) : Marlène Ghorayeb

Pendant des siècles, la médina de Tunis a longtemps été considérée comme l’une des plus grandes capitales du monde arabe. Les habitants de Tunis ont vécu dans la médina où tous ses quartiers connaissaient une typologie architecturale commune à toutes les classes sociales avec une qualité de vie plus ou moins similaire. Aujourd’hui, on constate un déséquilibre entre le quartier central, la Kasbah, et ses faubourgs. Ainsi, la Kasbah est bien réhabilitée alors que ses faubourgs ne le sont pas. L’exode rural, la colonisation, l’indépendance, la révolution du jasmin ont contribué à la paupérisation de la médina. Dans les faubourgs, les espaces publics, le patrimoine historique ainsi que l’architecture ordinaire se détériorent et certains quartiers se dégradent à l’instar de la situation du quartier Bab Souika-El Halfaouine.

Ce dernier est un faubourg situé au nord de la médina connu pour ses cafés chantants, ses théâtres, ses marchés et son ambiance festive. Il possède de nombreux atouts qui se sont dépréciées au fur et à mesure du temps. En effet, les espaces publics sont mal exploités. Des parkings et des friperies s’y sont improvisées ainsi qu’une absence d’entretien des édifices historiques présents sur les places ce qui relève d’une question sur le patrimoine et les espaces de vie. Comme dans la majorité des quartiers de la médina, il existe des oukalas. Ce sont des demeures traditionnelles abandonnées par leurs propriétaires qui sont divisées en plusieurs chambres pour loger les plus démunis. Elles sont aujourd’hui insalubres et mal exploitées.

Ainsi, on peut se demander comment réaménager le quartier Bab Souika-El Halfaouine tout en respectant ses spécificités et comment concilier le quartier à la médina réhabilitée. Le projet a pour ambition d’améliorer, par l’aménagement et l’habitat, les conditions de vie des résidents du faubourg. Afin de créer une harmonisation de ce quartier à ses alentours et de le rattacher au reste de la médina, il serait donc question d’améliorer les conditions de vie des résidents du quartier à une échelle urbaine dans un premier temps (espaces publics) et plus précisément la place El Halfaouine puis à une échelle architecturale en réhabilitant les oukalas. Ce projet a donc un impact urbain mais aussi social.