La Haine, de Mathieu Kassovitz

Mercredi 9 mai 2012 - 19h00
à l’École Spéciale
Projection


Ciné-Club de l’ESA
Dans le cadre du cycle de Printemps 2012 :
"Urbanisme et mutations sociologiques au cinéma"
Projection du film La Haine, Mathieu Kassovitz, 1995

Tourné dans la cité de Chanteloup-les-Vignes dans les Yvelines, La Haine suit un trio d’amis au lendemain d’une émeute urbaine, parcourant des lieux en donnant l’impression de tourner en rond. L’un deux a trouvé une arme a feu et veut venger un ami, victime d’une bavure policière. Ils vont vivre une journée animée, ponctuée de confrontations avec la police. Sans être franchement hostile, les espaces parcourus dans la cité restent incohérents, stagnants, illisibles. Aucun désir ne semble d’ailleurs motiver leur déplacement, sans buts précis ; ce qu’ils recherchent c’est plutôt la possibilité d’un désir.

Les mouvements du trio semblent affectés par les nouveaux rythme de la ville. Le film montre bien au travers des quelques instants que dure le voyage à Paris, la capitale est à la fois proche et inaccessible. La transposition d’une partie de l’action dans le Paris intra-muros souligne le contraste avec un environnement moderne dont se sentent exclus les personnages.

Ce qui donne sa force au film, c’est son langage, sa langue plutôt que le récit, le scénario ou même la musique. Si les personnages marchent pas mal dans le film, ils parlent tout le temps, avec une avalanche de mots, d’expressions, voire de vociférations, d’interjections. Le tout dans un rythme assez infernal, qui donne sa pulsation au film.

Page Facebook du Ciné-Club de l’ESA

Infos pratiques :
Amphi Cinéma, École Spéciale d’Architecture
Entrée libre dans la limite des places disponibles

filtres

Rechercher par catégorie

Rechercher par lieu

Rechercher par année