Graciela Sacco fait le mur !

Mardi 12 novembre 2013 - 18h00
à l’École Spéciale
Performance

"Bocanada", Graciela Sacco
Intervention artistique sur le mur de l’École Spéciale, boulevard Raspail
Dans le cadre de l’exposition America Latina Photographies 1960-2013 du 19 novembre 2013 au 6 avril 2014 à la Fondation Cartier pour l’art contemporain.

L’École Spéciale d’Architecture est heureuse d’accueillir l’artiste argentine Graciela Sacco pour une intervention sur son mur extérieur boulevard Raspail, face à la Fondation Cartier qui présente América Latina Photographies 1960-2013, en coproduction avec le Museo Amparo de Puebla (Mexique).
Rassemblant plus de 72 artistes de 11 pays différents, cette présentation unique, véritable plongée dans l’histoire du continent, invite à (re)découvrir des artistes majeurs rarement présentés en Europe.

L’artiste
Graciela Sacco est née en 1956 à Chañar Ladeado dans la province de Santa Fe, en Argentine. Elle travaille principalement la photographie, la vidéo et l’installation, ainsi que l’intervention dans l’espace public. Elle photographie des inconnus et s’attache à leur regard ou à une partie de leur corps, avant de réinsérer ces images dans le paysage urbain en les collant sur des murs, des palissades ou d’autres objets. Fragmentées, surdimensionnées, ces photographies produisent de fortes tensions et invitent le spectateur à s’interroger sur la violence politique, sociale et économique.

L’œuvre
C’est en 1993 que Graciela Sacco entreprend la série "Bocanada". Réalisée à partir de photos de bouches grandes ouvertes en plan resserré, Graciela Sacco décline ces images en impression héliographique sur différents supports qu’elle convertit en images répétitives.
Évoquant à la fois la famine, la pauvreté, l’outrage, la peur, l’impossibilité de s’exprimer, les mêmes images réitérées reflètent des problèmes universels qui n’ont pas perdu de leur actualité.
Lorsqu’elles adoptent le format d’affiches, les bouches envahissent l’espace urbain dans une vaste installation qui parasite les murs, les espaces d’affichage publicitaires ou les panneaux de campagnes électorales. Graciela Sacco tente ainsi d’interpeller le passant en le confrontant à l’image inquiétante d’un cri sourd. En reprenant les codes de l’affichage publicitaire elle crée une œuvre à forte signification politique et sociale.

« Pourquoi les villes ? Parce qu’elles sont carrefours et lieux d’échanges, lieux privilégiés pour leur modernité, pour leurs expériences avant-gardistes, sites emblématiques où se sont forgées les transformations sociales, politiques et esthétiques de ce siècle »
Graciela Sacco

filtres

Rechercher par catégorie

Rechercher par lieu

Rechercher par année