filtres

Rechercher par nom

Rechercher par discipline

Rechercher par formation

Jean Bocabeille

Projet d’Architecture
Cycle Licence


PRÉSENTATION


Architecte DPLG, diplômé de l’ENSA Paris - Belleville en 1993, Jean Bocabeille a exercé une activité d’architecte dans un premier temps en tant qu’associé au sein de l’agence BP Architecture de 1994 à 2011, puis en tant qu’associé principal de l’agence Jean Bocabeille Architecte, de 2011 à 2018. Cette dernière agence à évolué depuis lors vers une nouvelle structure : BFV Architectes. Parallèlement, il a participé au collectif d’architectes Plan01 (2002-2012) et à l’association French Touch (2006-2015).

A travers ses associations et collectifs, il a réalisé un grand nombre de bâtiments dont certains ont été remarqués (Cité sur Europan, lauréat du Prix Cimbeton, 3 nominations au Prix de l’Équerre d’Argent, lauréat du Prix de la Pyramide d’Argent).

Par ailleurs, Jean Bocabeille a enseigné en tant que Maitre de Conférence Associé à l’ENSA Versailles de 2012 à 2021.

Voir en ligne : BFV Architectes

ENSEIGNEMENT(S)

Projet d’Architecture
Formation Initiale, Cycle Licence


Ma culture est éclectique, transversale, poreuse.

La forme découle souvent pour moi de la démarche constructive, du procédé constructif. Quant à la démarche, elle prend son inspiration dans l’ambiguïté, le détournement et la surprise. Ne voir dans ce mode opératoire aucune série, seulement des tropismes : l’exigeante prise en compte du site, l’acharnement à faire "plus qu’un bâtiment", à se servir de l’architecture comme levier pour modeler la scène urbaine et faire souffler une brise d’anticonformisme. Si le sujet précède le projet, soit le sens avant la forme, je souhaite que le bâtiment une fois réalisé redevienne un sujet. Une construction doit questionner, doit susciter l’adhésion ou la controverse, peu importe... Le projet redevient un sujet de conversation.

Je crois à la puissance de l’architecture. J’aime à croire que l’architecture influe sur les comportements des gens qui l’habitent, qui la côtoient. Je crois à la capacité de l’architecture d’apporter un supplément d’âme et d’esprit. Je crois à la puissance narrative de l’architecture. J’envisage le projet comme une transition entre fiction et réalité, le passage d’un état à un autre, d’une situation à l’autre. Le projet se vit comme un rêve éveillé avec l’objectif d’enrichir le lieu d’un nouveau récit, de donner du sens à un programme, d’apporter davantage qu’une fonction.

L’aspect fictionnel du projet transforme la réalité, invite au voyage, libère l’imaginaire du visiteur. Chaque occasion doit être saisie pour apporter cette expérience ; l’architecture dans sa dimension narrative invente alors des mondes possibles.