Hybride, Charles Delisle


Hybride
Halles Daumesnil-Charolais, Paris (75), France

Charles Delisle
Licence 3 / Semestre 1

Encadrement pédagogique :
Gaston Tolila

Le projet consiste à réaménager un site ferroviaire désaffecté en un îlot ouvert proposant une programmation variée : logements, bureaux, centre d’animation, jardin public.

Le site bénéficie d’un fort potentiel : il est vaste, bien ensoleillé, idéalement situé et convenablement desservi. Néanmoins, sa surélévation (+5m) par rapport à la chaussée alentour génère dans le paysage urbain une fracture visuelle et une accessibilité limitée. Le principal objectif du projet est donc de désenclaver ce plateau par le traitement intermédiaire des différents niveaux en strates et en pentes douces, permettant ainsi la liaison entre la rue et le futur parc.

De grands axes traversants viennent ouvrir le site et connecter les flux, permettant ainsi la liaison directe entre la Gare de Lyon et Bercy. Composées de courbes qui s’élargissent, s’amincissent et se chevauchent, ces voies proposent une multitude de parcours desservant une variété de paysages : pelouses, forêt linéaire, terrain de sport, assises en strates végétalisées, miroir d’eau, terrasses ensoleillées,...

A proximité des voies ferrées, qui constituent des nuisances sonore et visuelle pour le projet, un jeu topographique composé de strates et de talus est conçu comme un écran naturel permettant de résorber le bruit. Une forêt linéaire dense, source d’ambiances naturelles propices aux activités extérieures, est plantée afin d’obstruer les vues non désirées.

Le programme est réparti selon 3 bâtiments distincts : la Halle Charolais est réhabilitée en surface de bureaux ; 2 nouvelles constructions, bénéficiant d’un ensoleillement perpétuel sur les façades sud et ouest, abritent les logements et le centre d’animation. Les formes courbes de leurs terrasses en porte-à-faux offrent à chaque appartement de généreuses surfaces extérieures, et leur superposition non-régulière permet de conserver un bon ensoleillement à chaque étage.

L’ondulation de ces façades est en cohésion avec celle du paysage. Ces formes organiques, inspirées des toitures voûtées des halles existantes, viennent atténuer les lignes imperturbablement parallèles des voies ferrées et confèrent à l’ensemble une idée de mouvement.