Introduction

La Halle Charolais, Paris 12e

Atelier d’Architecture Licence 3 / Semestre 1

Enseignant(s) d’atelier :
Anne Roqueplo
Gaston Tolila
Valérie Vaudou

Mixité urbaine à Paris-Daumesnil

Ce semestre vise une montée en complexité du projet tant dans la relation au contexte que dans la prise en main du programme. C’est d’abord par l’immersion dans un territoire dense en cours de transformation que l’étudiant a été amené à se positionner sur un site en intégrant des édifices existants et la proximité de réseaux ferrés envisagés autant comme des contraintes que des opportunités. L’appréhension du site a été nourrie par les différentes approches disciplinaires (arts plastiques, paysagisme, urbanisme). Il s’est agi de mener à bien une réflexion sur l’échelle, les gabarits (hauteurs des bâtiments, épaisseurs), les limites (perméables, poreuses, opaques, fragmentées ou continues), la qualité des espaces libres, l’ensoleillement,...

Si la ville fait preuve de tout temps d’une imbrication consubstantielle et instructive de fonctions diverses, les enjeux du développement durable poussent chaque concepteur contemporain à transcrire cette complexité à l’échelle de chaque bâtiment et de chaque structure. Toute construction devient ainsi, potentiellement, l’expression opportune d’enjeux climatiques et écologique majeurs. Elle permet par cela l’intensification indispensable de la ville à travers l’abandon de la logique du zoning, chère au mouvement moderne mais aujourd’hui pleinement dépassée. La complexité passe sans conteste par le traitement de la mixité ou de l’hybridation de programmes combinés, conduisant à associer des espaces de différentes tailles, de différentes exigences, de différentes temporalités (convoquant la notion de "chronotopie" ou d’espace-temps urbain, fondée sur les principes de rythmes et de mutualisation), en matière de confort ou d’accès.

Le site
Halles Daumesnil-Charolais, Paris 12e
Le site proposé pour le semestre d’automne 2021 se trouve dans le 12e arrondissement de Paris, à proximité de la Gare de Lyon. S’étalant sur 6 hectares environ, il est occupé depuis plusieurs décennies par la SNCF qui le voue à une activité ferroviaire intense et ininterrompue ; il fait récemment l’objet d’un projet urbain de régénération, porté par Espaces Ferroviaires, visant à valoriser les emprises délaissées ou sous-exploitées. La création d’un nouveau quartier mixte comprenant logements, équipements scolaires, bureaux, activités commerciales, espaces végétalisés, et conjuguant « préservation du patrimoine industriel et limitation de l’impact environnemental », y est contemplée.

Le programme
Le programme demandé aux étudiants intègre des habitations en logement collectif (du T1 au T5) pour un total de 2 000 m² environ de surface de plancher, 1 500 m² environ de Centre d’animation municipal, 2 000 m² environ de lieux de travail organisés en plusieurs configurations allant des bureaux cloisonnés, aux open-space, aux espaces de réunion et de convivialité.