Entre matérialité et temporalité, Joe El Hayek


Entre matérialité et temporalité
Beyrouth, Liban

Joe El Hayek

Directeur(trice) : Boris Bastianelli
Référent(e) : Alain Pélissier

Depuis la préhistoire, les humains ont bâti avec des matières qui ont laissé des empreintes sur la planète et l’environnement. Pour le bien-être humain et celui de notre univers, il est primordial d’arriver à une réflexion qui aboutit à une complémentarité judicieuse entre l’architecture et la nature. Actuellement, l’architecture est au cœur d’une crise créatrice qui se perpétue depuis plusieurs générations. La conception suit encore les dogmes de l’époque moderne qui sont imposés par la modernisation et ont à présent mutés en règles qui limitent la liberté de l’architecte.

C’est à nous, les architectes, d’indiquer au plus vite les nouvelles normes à suivre lors de la construction en maintenant la symbiose entre l’habitat et la nature. De plus, le matériau a été, jusqu’à nos jours, la problématique majeure des sujets les plus abordés dans le monde de l’architecture. De nombreuses interprétations et réflexions ont été abordées pour comprendre le positionnement du matériau au sein du bâtiment et son rôle ainsi que sa forme dépendamment de plusieurs facteurs. Le rapport entretenu entre l’architecture et son environnement joue un rôle primordial dans le choix de la matérialité qui définit le sens du projet et la perception qu’on veut en donner. C’est pour cela que le positionnement du matériau au sein du bâtiment et son rôle au présent ainsi que dans le futur m’intriguent énormément, afin de préserver l’architecture et la nature, et de les travailler en symbiose, il est question d’aborder le sujet du matériau embellissant le projet futur en symbiose avec la nature.

Est-il possible de concevoir avec de nouveaux matériaux qui préservent et maintiennent la nature ? Quelles formes peuvent découler de ce mode de conception ?