Le Patrimoine, entre transgression et régression, Kim Candiotti et Constance Hoarau


Le Patrimoine, entre transgression et régression
Par-delà la terre et la mer
Saint-Vaast-la-Hougue, Normandie, France

Kim Candiotti et Constance Hoarau

Directeur(trice) : Régis Guignard
Référent(e) : Onur Sagkan

Au fil des siècles, les patrimoines culturel, naturel et industriel se sont formés différemment selon les territoires. Leur évolution est impactée par l’occupation des terres. Le réchauffement climatique et la montée des eaux sont aujourd’hui de nouveaux facteurs à ces mutations.

La Normandie est reconnue localement et internationalement pour son Histoire, sa gastronomie et ses activités agricoles et marines. Cette identité est précieuse puisqu’elle conditionne la vie des habitants et permet aux générations de se rencontrer. Le relief de la Manche est caractérisé par ses plaines et ses marais, sur lequel tissu agricole est très présent. Actuellement, les structures urbaine et rurale ne sont pas en mesure d’absorber les submersions marines.

Dans la mesure où le niveau de l’eau augmente, quel sera le rapport des habitants en 2050 avec leur patrimoine naturel, anthropique et écosophique ? Comment intervenir sur ce patrimoine en fonction de l’évolution du littoral ?

Notre intervention se positionne à Saint-Vaast-la-Hougue et consiste à restructurer la frontière entre la terre et la mer. Cela se traduit par la régulation du niveau de l’eau autour du patrimoine à travers un système de bassins de rétention et d’écluses, ainsi qu’une gestion poreuse par un système progressif de pontons, devenant des constructions à ossature puis massives.